E.S. Azé Thoré Lunay : site officiel du club de foot de Azé - footeo

INTERVIEW : Christophe Pouthier

30 octobre 2018 - 18:13

Entretien avec Christophe Pouthier arbitre au sein de notre club qui a accepté de répondre gentiment à nos questions.

 

Comment es-tu devenu arbitre ? Quel est ton parcours ? 

 

J’ai toujours adoré le football, le problème est que je ne sais pas taper dans un ballon… Quand je veux tirer à gauche, celui-ci part à droite ! Je me suis donc tourné vers l’arbitrage, car comme le dit le slogan « on n’a pas le même maillot mais on a la même passion ».  J’ai donc commencé l’arbitrage en 2013 à l’âge de 17 ans.  

J’ai tout d’abord passé l’examen théorique au district puis j’ai commencé à arbitrer en U15. J’ai été validé lors de mon premier match. Cette rencontre opposait Vendôme à Selommes. Pour la petite anecdote, c’est lors de ce premier match que j’ai mis mon premier carton, qui était un rouge.  

J’ai gravi les différents échelons jusqu’à devenir AAR2 (Arbitre Assistant Régional 2), ce qui correspond à un arbitrage en touche en R1 (anciennement DH).

Comment se sont passés tes débuts ? 

 

La première difficulté a été de me rendre sur les lieux des rencontres. En effet, je n’avais pas encore le permis… J’ai eu un gros soutien du club pour ça, en particulier de James ARNOULT (que je remercie par ailleurs) qui m’a emmené sur mes premiers matchs. N’ayant jamais joué au foot, la plus grosse difficulté que j’ai rencontrée était la lecture du jeu. Mais au fil des matchs, celle-ci a disparu.  

 

 

Comment te prépares-tu avant un match ?

 

Contrairement à un joueur de foot « classique » qui s’entraine avec son club, être arbitre est quelque d’assez solitaire. Je me prépare des séances d’entrainement, je les fais et j’essaye de progresser. Pendant ces séances, je fais principalement du fractionné.  

Concernant les matchs, je n’ai pas de préparation particulière, à part bien vérifier que tout est bien dans mon sac. Pour certains matchs, il y a une certaine pression, mais c’est de la bonne pression ! 

 

 

Quelles relations entretiens-tu avec les autres jeunes arbitres ? 

 

Je suis depuis quelque-temps observateur auprès des jeunes arbitres. Je trouve ça important de transmettre ce que l’on m’a transmis.  

Pour les jeunes, je pense qu’ils apprécient de pouvoir avoir des conseils de quelqu’un qui n’est pas beaucoup plus vieux qu’eux. 

J’ai aussi été pendant quelque temps un membre « externe » de la CDA (Commission de l’Arbitrage) Jeunes du Loir-et-Cher. Cela m’a permis de participer à quelques formations pour les jeunes. Cependant, j’ai dû arrêter car je ne suis plus beaucoup disponible à cause de mes études. 

 

 

Quelle différence y a-t-il entre arbitre de centre et arbitre de touche selon toi ? 

 

On pense souvent (à tort) qu’être arbitre assistant est plus simple qu’être arbitre de centre. Un arbitre de touche se concentre uniquement sur les lignes (hors-jeu, touches, …) et très peu sur le jeu, sauf quand celui-ci se déroule juste devant ou dans la « black box ». Comme son nom le porte, le rôle de l’arbitre assistant (ou du touche) est d’assister l’arbitre central et de rendre son arbitrage le plus simple que possible.  

Un arbitre de centre, lui, a un champ de vision beaucoup plus ouvert. Il a vraiment un rôle multitâche. Il s’occupe de toute la partie administrative, le contrôle du terrain et bien sur l’arbitrage en lui-même. 

 

 

Quelles sont tes objectifs pour les prochaines années ? 

 

Mon premier objectif est d’abord de finir mes études ! Concernant l’arbitrage, j’ai dû quitter la ligue pour me consacrer à mes études. Je tenterais de nouveau ma chance en Ligue lorsque celles-ci seront terminées. 

 

 

Quel est ton moins bon souvenir ? 

 

Mon moins bon souvenir a été mon pire match. C’était un dimanche, je faisais une touche et le match ne s’est pas très bien passé. Il y a eu une bagarre générale et un envahissement de terrain. Certaines personnes en voulaient au corps arbitral. Les dirigeants du club recevant nous ont vite emmené aux vestiaires car les esprits commençaient à s’échauffer. Dans ces vestiaires, il y avait une petite fenêtre. J’ai regardé à travers et je me rappellerais toujours cette image : une dizaine de personnes nous attendaient devant, tandis que deux ou trois dirigeants du club recevant pour nous protéger. Ces derniers nous ont alors fais sortir discrètement pour éviter tous problèmes. 

Je trouve ça vraiment dommage d’en arriver là. Surtout pour du football ! Malheureusement, c’est ce qui se passe de plus en plus… Sans parler des insultes, qui sont maintenant devenues monnaie courante. Ce ne sont pas les joueurs ou les dirigeants qui posent problèmes, mais les supporters, qui se croient tout puissant car ils sont « intouchables ». 

Heureusement, les choses changent un peu, en particulier grâce à la commission « Football Sans Violence » récemment mise en place par le district. 

En écrivant ces lignes, j’aimerais faire passer un message : avant d’être des arbitres, nous sommes des Hommes, et il arrive que certains propos, certaines insultes nous touchent (même si nous faisons mine de rien car lors d’un match, nous sommes dans une « bulle »). Je pense par ailleurs qui si les auteurs étaient les cibles, ces derniers n’arriveraient pas à garder le calme que nous gardons.   

Même si certains propos peuvent passer anodins comme dire ouvertement pendant un mach qu’un arbitre est nul, qu’il ne sait pas arbitrer, etc. Ils peuvent faire mal. Quand j’ai commencé, j’ai entendu ces propos, et une fois le match fini, je me disais « ma place est-elle vraiment là ? ». A mon avis, ces propos sont plus difficiles à encaisser pour un jeune arbitre qu’un arbitre confirmé. Heureusement, il suffit d’en parler avec les bonnes personnes et la motivation revient ! 

Il faut vraiment que les mentalités changent, sinon il va arriver un jour ou il n’y aura plus d’arbitres. Le plus surprenant dans tout ça, c’est que les clubs veulent TOUS des arbitres officiels sur leurs matchs ! A eux de faire attentions que les arbitres aient envie de revenir ! 

 

 

Quel est ton meilleur souvenir en tant qu’arbitre ? 

 

Mon plus beau souvenir en tant qu’arbitre a été quand j’ai reçu l’appel de Mickael FAURE (président de la CDA du Loir-et-Cher) me disant que j’étais reçu arbitre de ligue. Tant d’investissements, de préparations, d’examens « blanc », des soirées entières à réviser les Lois du Jeu au siège du district avec Laurent MENON qui nous préparait ainsi que de multiples observations sur le terrain, étaient récompensés ! 

Mes plus beaux souvenirs sur le terrain ont été, dans un premier temps, la finale de la coupe U18 en 2017. C'était vraiment exceptionnel, l'ambiance, la joie que peut procurer le football. C'est dans ces moments la que je suis heureux d'avoir choisi l'arbitrage ! Ensuite, il y eu un match où j'ai arbitré la réserve du club d’Orléans (qui est un club de Ligue 2 quand même !!). En commençant l’arbitrage, jamais je n’aurais pensé arriver à ce niveau. 

 

 

Qu’est-ce qui te plait dans cette fonction ? 

 

Ce qui me plait le plus dans cette fonction est l’aspect « management » et contrôle de soi. L’arbitrage m’a grandement aidé à devenir qui je suis aujourd’hui et m’a aidé dans mes objectifs professionnels.  

 

 

Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui souhaiterait devenir arbitre ? 

 

Mon seul conseil est… LANCES-TOI !!! Je trouve ça vraiment dommage qu’il y en ait tellement peu qui franchissent le pas. Je suis prêt à aider n’importe quel jeune qui voudrait devenir arbitre. 

 

 

As-tu quelque chose à rajouter ? 

 

Une seule chose oui, je trouve dommage que le statut de l’arbitrage ne permette pas un statut « études ». J’ai malheureusement dû arrêter la ligue à cause de ça, car je n’aurais pu être présent aux examens (physiques et théoriques).  

Commentaires

ANNIVERSAIRE DU MOIS

Jerome Leurond : 5 Novembre

Dylan Dufresne : 7 Novembre

Magali Perri : 17 Novembre

Remy Pozo : 27 Novembre

Christophe Chesneau : 28 Novembre

Romain Colas : 28 Novembre

 

Aucun événement